FAN DE VALENTINO ROSSI


 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 valentino homme de la semaine

Aller en bas 
AuteurMessage
eve
moderateur
moderateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1593
Age : 50
Localisation : 02 picardie
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: valentino homme de la semaine   Dim 18 Juil - 11:13

Victime d'une double fracture de sa jambe droite le 5 juin dernier, l'Italien est de retour Valentino Rossi l'insaisissable.
Jean-Claude Schertenleib - le 17 juillet 2010, 20h32
Le Matin Dimanche


Hohenstein-Ernstthal
Une personnalité complexe, ambivalente, secrète: qui connaît véritablement, profondément, Valentino Rossi? Son propre père, Graziano, ancien cheval fou de la course motocycliste lorsque celle-ci était encore le théâtre dans lequel s'exprimaient des adeptes de la philosophie d'Epicure? Pas si sûr, car «Graziano - Valentino Rossi ne dit jamais papa! - est beaucoup moins mature que moi»! Stefania, alors, cette maman discrète, tombée un jour sous le charme d'un chevelu à l'allure de hippie, qui allait lui donner un premier fils hors du commun? On se rapproche là un peu plus de la vérité, car Valentino Rossi, devenu depuis longtemps le roi de la moto, le sportif le plus payé d'Italie, l'un des plus connus du monde, va aujourd'hui encore chercher le réconfort auprès de sa maman quand les choses vont moins bien. Mais Stefania, qui se fait rare sur les circuits, parce qu'elle a peur au bord de la piste, ne peut pas tout connaître de son fils.
Uccio Salucci, le meilleur copain, fidèle parmi les fidèles depuis les bancs de l'école maternelle de Tavullia jusqu'au sommet du monde? Lui sait beaucoup de choses. Il pourrait en raconter de belles, de moins belles, et même certaines très coquines. Mais sait-il vraiment qui est Valentino Rossi, l'homme? Pas sûr. Pas sûr, parce que Valentino Rossi lui-même refuse généralement de se libérer d'un voile de mystère qui lui sied à merveille. Qui lui permet, depuis le début de sa formidable carrière, de jouer avec son public, avec les gens. Même avec ses amours. Car il y a le Rossi pilote star, mais il y a aussi le Valentino plus timide, qui adore la nuit et la lune, «car c'est lorsque le soleil se couche que j'ose enfin sortir, pour essayer de vivre».

Un personnage qui fascineInsaisissable, c'est cela. Et c'est pour cela que le personnage fascine. Et énerve ses adversaires, en tous les cas ceux qui essaient de se placer sur sa route, comme Massimiliano «Max» Biaggi et Sete Gibernau autrefois, comme Jorge Lorenzo aujourd'hui. Comment éviter ses flèches, souvent décochées sous le signe de la plaisanterie, mais toujours emplies de venin? Comment réussir à vivre dans un monde - celui des GP modernes - où il est le personnage incontournable, le monument principal, l'acteur qui peut décider à lui tout seul du succès ou de l'échec de la production à venir? Beaucoup se sont cassé les dents à vouloir mordre dans ce qui apparaît chaque jour un peu plus comme un fruit défendu. Lorenzo, lui, les a aiguisées, ses dents, mais il sait depuis quelques jours que, si son équipier, qui est son premier adversaire, revient aux affaires ce week-end en Allemagne, 40?jours après son terrible accident, c'est parce qu'il veut rappeler au monde entier - à lui, Lorenzo, en priorité - que l'heure de la succession n'est pas encore venue.
Il faut dire que Valentino Rossi est beaucoup plus qu'un pilote de moto surdoué, que les chiffres qui racontent sa carrière - neuf titres mondiaux, 104 victoires en GP - ne sont rien face à la grandeur du personnage. Un papa vainqueur de GP dans les années 1980, un paese de naissance où la passion des sports mécaniques coule dans les veines de ses habitants, Valentino Rossi pouvait-il devenir autre chose que pilote de course? «Mais oui, j'aurais tellement voulu être instituteur. Le problème, c'est que je n'étais pas toujours très concentré derrière mon pupitre.» Car Valentino, très vite, développe d'autres dons, cherche, invente, se tâte, essaie, et prend goût: d'abord au pilotage d'un karting, parallèlement à l'apprentissage de la maîtrise d'une petite moto sur des chemins de terre, autour de la vieille ferme de sa grand-mère paternelle, là-bas à Tavullia.

Une vraie passion vient de naître
Un coup de tête? Non, la naissance d'une vraie passion, qu'il agrémente bientôt par une soif d'apprendre de tous les instants. «Quand je l'ai rencontré pour la première fois, parce que son père, Graziano, voulait savoir s'il y avait quelque chose à faire avec son rejeton, Valentino n'arrêtait pas: il posait des questions, s'immisçait dans les discussions; déjà, il voulait tout savoir, tout comprendre. Déjà il donnait des pistes pour améliorer ceci, pour modifier cela», raconte aujourd'hui Carlo Pernat, le premier à avoir fait signer un contrat au jeune loup, à l'époque chez Aprilia en 125 cm3. Vingt ans après, le recruteur de talent, qui s'occupe désormais des intérêts de Loris Capirossi, soupire: «Vous vous rendez compte, aujourd'hui, tout le système est dépendant de Valentino Rossi. Et la dépendance à quelque chose ou à quelqu'un, ce n'est jamais très bon.»
Car le gamin qui énervait ses aînés à force de vouloir utiliser les mêmes jouets qu'eux a grandi. Arrivé en GP comme un «fils de...» de plus, il a su se faire un prénom. D'abord avec son culot, qu'il a immense, et qui a fait rapidement de lui un «ennemi» de Massimiliano Biaggi, l'homme qui se prenait pour un empereur romain et dont le royaume allait bientôt être envahi par une troupe de joyeux drilles venus de Romagne. Dans cette Italie si passionnée, la cohabitation entre les deux champions devint alors difficile; des clans se formèrent, les deux antagonistes se répondant non seulement en affolant les statistiques sur la piste mais aussi par médias interposés. Il y avait les pro-Biaggi et les pro-Rossi; il n'y aura bientôt que les pro-Valentino, tant le jeune homme irradie.
Le jaune, couleur à la mode
Le jaune et le No 46 vont supplanter tout le reste. Valentino collectionne les victoires en GP et les titres mondiaux comme d'autres les timbres-poste. Rossi collectionne aussi les millions. Qui attirent des convoitises, de faux vrais amis et de bien véritables profiteurs, qui cherchent par tous les moyens à s'accrocher dans la galaxie Rossi. Si possible le plus près possible de son étoile qui scintille aux quatre coins du monde.
Valentino Rossi, qui réussit tout ce qu'il entreprend sur la piste - le passage de la classe 125 à la classe 250, puis à la catégorie reine 500, remplacée bientôt par la catégorie MotoGP - va bientôt être dépassé par ce qu'il laisse dans son sillage. Il s'expatrie officiellement à Londres, il est mis sous l'éteignoir par un homme d'affaires qui va lui voler des millions, il se retrouve dans le collimateur du fisc italien; pire, il entame des fréquentations peu recommandables, dans la mouvance de ceux qui disaient aider le cycliste retraité Marco Pantani et qui allaient finir par provoquer sa mort. «Pendant cette période - les deux années où il ne gagnera pas de titre mondial - j'ai eu peur de sombrer totalement», confie aujourd'hui Valentino Rossi. Qui, une fois encore, va ressortir plus fort de cette épreuve.
Le voilà, l'insaisissable, qui retrouve le sourire alors qu'il vient de s'alléger d'une trentaine de millions (il a dû rembourser le fisc)! «Vale» de Tavullia est de nouveau Italien, il s'appuie sur sa tribu, un groupe d'une douzaine de fidèles parmi les fidèles. Et il accumule une nouvelle fois. Les victoires, les titres, les belles histoires. Et de nouveaux millions: sans lui, on l'a vu ces dernières semaines, les GP n'ont pas de goût. Grâce à son retour, ils refont l'événement.
Jeudi, à son entrée dans la salle de conférences du circuit du Sachsenring, Valentino Rossi a été accueilli par une ovation. Il a répondu par un large sourire et un petit signe de la main, avant de se concentrer sur son nouveau et incroyable pari. Car il y a plus que jamais en lui un Rossi plein de soleil et un Valentino qui préfère la lune. Parce que, parfois, elle est voilée et qu'elle lui permet alors de cacher ses véritables ambitions.


_________________
c'est qui le meilleur ????

[url][img]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
valentino homme de la semaine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAN DE VALENTINO ROSSI :: DISCUTIONS :: RUMEURS, ATTAQUES, SCOOPS, ETC....-
Sauter vers: