FAN DE VALENTINO ROSSI


 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En tête à tête avec Valè !!!!!!!!!!!!!!!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
francky46
125 CM3
125 CM3


Masculin
Nombre de messages : 96
Age : 42
Localisation : 69
Date d'inscription : 14/02/2009

MessageSujet: En tête à tête avec Valè !!!!!!!!!!!!!!!!!   Sam 1 Mai - 13:14

ÉNORME Interview de Valentino :

Valentino, qu'est-ce que tes adversaires doivent améliorer pour pouvoir te battre ?

"J'espère qu'ils ne vont rien améliorer du tout !" (rires)



Réponse sensée, mais...

"C'est à eux de comprendre quoi faire. Ce ne serait pas très intelligent de ma part d'aller voir Lorenzo pour lui dire : A mon avis, tu devrais améliorer ça et ça... "



Tu étudies beaucoup tes prestations, mais aussi celles de tes adversaires...

"J'aime beaucoup connaître le potentiel de mes adversaires, savoir ce qu'ils font en piste, les suivre dès qu'ils grandissent, donc j'aime beaucoup regarder les courses des autres. En vérité, je le fais par passion, mais c'est vrai aussi qu'en faisant ça, quand ils arrivent, je les connais déjà et j'ai compris comment ils courent. Oui, les étudier et les suivre pendant des années me permet de comprendre comment les battre."



Tu penses que les autres n'étudient pas assez leurs adversaires ?

"Je ne sais pas. Peut-être qu'ils pensent que ce sont des choses qui ne sont pas utiles. Peut-être que rester à regarder comment courent les autres ne leur permet pas de s'améliorer."



Que penses-tu du Moto2 ?

"C'est un point d'interrogation... Il va falloir regarder les courses pour savoir si elles seront intéressantes. Je n'aurais pas imposé la règle du moteur unique, j'aurais laissé la possibilité à ceux qui font les châssis d'acheter différents moteurs. Le team Tech 3 aurait utilisé un moteur Yamaha, un autre team un moteur Honda. Avec le moteur unique, cette catégorie perd du charme."



Si Tech 3 avait un moteur Yamaha, aurais-tu pu faire comme Spencer ?

"Courir dans deux catégories ? Je ne sais pas... A la limite, ça aurait été plus avec une 250. La Moto2, au final, c'est un 4-temps qui va moins vite !"



Peut-étre que c'est le seul exploit qui te manque...

"Je ne pourrais pas. Pour ça, il faudrait déjà annuler toutes les opérations commerciales, publicitaires et médiatiques que je fais chaque week-end de course. Aujourd'hui, on n'a plus le temps de disputer deux catégories. Quoi qu'il en soit, je n'en ai pas particulièrement envie. Finalement, par rapport aux 250, je me sens légitime vu que j'ai déjà gagné ce titre mondial."



Le MotoGP semble actuellement dans une situation un peu confuse. Ne penses-tu pas que le management de ce sport a un peu perdu le gouvernail du bateau ?

"La vérité est ailleurs : la raison d'être du MotoGP est de faire courir les motos les plus avancées techniquement et les plus sophistiquées au monde. Malheureusement, ça va parfois contre le sens du spectacle, et les courses ne sont plus aussi passionnantes."



C'est pour ça qu'on en revient aux 1000 ?

"On ne peut pas réellement envisager de courir en MotoGP avec des motos dérivées de la série, ou avec des motos qui sont plus simples et plus banales. C'est ça le problème. De la même manière que la 500 a été le summum en termes de technologie à son époque, maintenant. nous avons ces motos et on doit les utiliser."



Donc, comment en sortir ?

"Dans notre sport, du point de vue technique, les usines ont beaucoup de pouvoir, donc les réglementations sont faites par les ingénieurs. Mais les ingénieurs font les réglementations qu'ils aiment, c'est-à-dire, d'abord celles qui leur permettent de s'exprimer."



En fait, pour eux, le défi technologique se traduit par un moteur qui dure plus longtemps tout en consommant moins, etc.

"C'est ça, le problème. On a déjà vu ça en Formule 1. Selon moi, la technologie n'a pas amené de gros avantages aux sports mécaniques. Avec la technologie d'aujourd'hui, tu enlèves beaucoup de spectacle et bien des variables."



Et la sécurité ?

"Il est certain qu'on a fait un énorme progrès. Comparé à l'époque des 500, il est maintenant beaucoup plus difficile de chuter."



Les courses, tu les gagnes encore grâce à tes dépassements ou il te faut les construire ?

"Maintenant, malheureusement, il faut les construire. Les courses sont de moins en moins de la stratégie et de plus en plus de la mise au point. Avant, tu arrivais à la fin d'une course à deux pilotes, voire plus, donc tu pouvais appliquer une stratégie. Si tu n'avais pas la possibilité de partir seul devant, tu devais jouer jusqu'au dernier tour. donc tu devais avoir la bonne sensibilité ou intuition pour pouvoir faire la bonne manœuvre au bon moment. Avoir la lucidité pour pouvoir inventer quelque chose. Maintenant, tu dois penser surtout à régler ta moto pour pouvoir avoir un bon rythme en course et essayer d'aller plus vite que les autres."



Mais parler de moins en moins de pilotage et de plus en plus de technique, ça n'enlève pas de saveur quand on est pilote ?

"Moi, j'aime travailler sur la moto pour chercher les bons réglages. C'est quelque chose qui, pour moi, a de la saveur. Dans tous les cas, si tu veux gagner, il faut que tu t'adaptes aux évolutions de ton sport. Si, maintenant, il faut être compétent en mise au point de la moto, tu dois savoir le faire. Peut-être qu'en regardant la télé, ça n'est pas directement compréhensible parce que c'est mieux de voir les pilotes en bagarre qu'à l'intérieur de leur box. Mais, pour moi. la mise au point de la moto est un côté amusant de notre boulot."



T'appelles ça un boulot, maintenant... ?

"Bon, je l'appelle boulot car je gagne pour vivre. Mais ça a toujours été ma passion. Le vrai problème, qui, j'espère, va être vite résolu, est qu'il nous faudrait avoir des courses plus passionnantes. Jusqu'en 2005 ou 2006. quand il y avait encore les 1000 et les Michelin. c'était un autre type de compétition."



A qui la faute ?

"A la 800, aux Bridgestone, à l'électronique. Ces facteurs ont transformé les motos et la façon de les piloter. Avant, elles glissaient beaucoup, surtout pendant les derniers tours, alors, sur la fin, tu allais moins vite dans les virages. Déjà, ce sont deux facteurs qui favorisent la bagarre et donc le spectacle. En enlevant ces éléments, nos courses sont devenues de plus en plus ennuyeuses et, par conséquent, en termes de spectacle, on a perdu notre avantage comparé à la Formule 1."



Pourquoi les dépassements sont-ils devenus rares ?


"Autrefois, tu pouvais voir plus de dépassements pe"ndant une seule course de 500 que pendant une saison de Formule 1.



A propos, quel a été ton dépassement le plus beau ?

"Il y a eu des moments dans ma carrière où j'ai fait des choses très belles et, souvent par surprise, des choses que personne n'attendait, vraiment difficiles. Et c'est ça le plaisir le plus grand, comme la luxure."



Luxure ???

"Oui, quand tu arrives à faire ce type de truc, tu jouis beaucoup ! C'est un goût qui a très peu de comparaisons possibles."



Y a-t-il quelqu'un, â part toi, qui peut être défini comme un génie des dépassements ?

"Oui. Lorenzo. C'est quelqu'un qui, quand il arrive derrière un pilote et qu'il y a quelque chose à faire, double tout de suite."



Plus que Stoner ?

"Ah oui, c'est sûr. Dans le corps à corps, Lorenzo me semble le plus difficile à affronter. C'est même pour ça qu'il est le pilote avec lequel il est si beau de lutter. Lorenzo n'est pas quelqu'un qui reste derrière."



Qui pilote le mieux entre Lorenzo et Stoner ?

"Chacun a son style, c'est difficile de répondre, car les deux ont des points forts et des points faibles. Mais je peux dire que Lorenzo est un peu plus similaire à moi. Par contre, Stoner est différent. il est très instinctif et très fort pour être très rapide des le début de course."



Tu donnes le sentiment que, pour toi, tout est simple. Pourtant, tu travailles beaucoup et tu fais beaucoup de sacrifices. Pendant combien de temps ta grande passion sera suffisante pour te faire supporter la pression ?

"Je pense pouvoir courir encore trois années au top. Si on parle course moto, je suis prèt à travailler beaucoup Courir à moto est la chose que j'aime le plus faire dans la vie. C'est ma passion. je n'ai donc pas besoin d'autre motivation. Je n'arrive pas sur un circuit en me disant : "j'ai déjà gagné six fois, ça devient lassant, pourquoi devrais-je m'engager encore et toujours ?" Ma position est tout autre : je m'engage pour gagner toujours et partout, car c'est ça qui m'amuse. J'ai la passion de la victoire,
c'est ma raison de courir."



Eh bien toi, tu auras vécu au top !

"Oui c'est vrai, mais je n'ai pas de stress venant de la compétition. Pour moi, le stress vient de tout le reste. Je me fatigue quand je dois faire cent interviews dans un week-end, même les jours de course : ou si je dois aller deux jours en Thaïlande et après en Indonésie pour faire les relations publiques pour Yamaha. Et, bien sûr, je me stresse quand je constate tous les jours que ma vie privée n'est pas privée mais publique..."



Ça, c'est un problème que tu as depuis le début. C'est ton destin ?

"En fait. j'ai réfléchi : si j'arrête la course maintenant, qu'est-ce que ça va changer ? Est-ce que dans deux ans, les gens n'auront plus de considération pour moi ? Non, je serai toujours Valentino le pilote, donc pourquoi renoncer à la chose que j'aime le plus au nonde ? Quand je me retrouverai au départ d'une course en me disant : "Je n'ai plus envie de ça", ce sera le signal que je dois rentrer chez moi."



Y a-t-il eu une évolution dans ta façon de t'entraîner ?

"L'évolution est constante, mais ça reste un fait : je m'entraîne souvent à moto, car c'est quelque chose que j'aime beaucoup. Bien sûr, je travaille toujours un peu plus en salle que l'année précédente, mais c'est normal. les années passent. A 31 ans, c'est plus dur."



Penses-tu que tes adversaires soient plus rapides que jamais ?

"Probablement que Stoner et Lorenzo sont un peu plus forts que Biaggi et Gibernau, niais ils appartiennent à une autre génération. Peut-être que Biaggi jeune, avec nos motos, serait fort comme Lorenzo. C'est difficile d'imaginer ces scénarios. C'est comme se demander qui a été le plus fort entre Agostini et Hailwood."



D'habitude, celui qui est rapide en 250 est rapide dans la catégorie reine, mais, cette année, les nouveaux arrivés semblent un peu en retrait. Est-ce par hasard ?

"Disons qu'on a pris de mauvaises habitudes, dans le sens où les trois derniers venus ont été Stoner, Pedrosa et Lorenzo. Ces pilotes sont finalement ceux qui, dans les prochaines années, vont dominer le MotoGP et joueront le titre mondial. La catégorie 250, l'an dernier et l'année précédente, a été belle : Simoncelli, Pasini, Bautista, Aoyama ont bien lutté ensemble. Mais une fois qu'ils sont arrivés en MotoGP, ils ont vu qu'ils devaient encore travailler. Car ici, ça va très vite..."



A propos de débutants : Ben Spies... comment l'as-tu ressenti ?

"Très très fort. Il pourrait s'immiscer entre nous quatre de temps en temps."



Lui, il ne te demande rien concernant la Yamaha ?

"Absolument rien. Je l'ai vu en piste à Sepang, puis j'ai parlé un instant avec lui. mais pas de ça."



Ce n'est plus d'actualité que d'aller demander l'avis d'un champion ?

"Entre pilotes, ce n'est pas souvent que l'un arrive et demande à un autre : "Comment tu fais dans ce virage-là ?" Chacun essaye de se débrouiller comment il le sent."



Serait-ce un signe de faiblesse ?

"Un pilote pense savoir par lui-même comment il doit faire. Spies ne se dit pas : "Je vais aller voir Valentino pour lui demander comment se pilote une Yamaha." Il veut comprendre tout seul, il a fait plusieurs tours à haute vitesse, mais, c'est sûr, être rapide toute de suite sur un circuit comme Sepang, c'est pas facile. Même si..."



Même si... ?

"Bien sûr, il est aussi monté sur une moto qui allait déjà très bien, finalement, il suffisait de lui donner les réglages de base pour qu'il aille vite toute de suite. S'il avait débarqué en MotoGP chez Honda, maintenant, il aurait beaucoup plus de difficultés."



Toi qui connais Honda, pourquoi sont-ils encore dans la confusion malgré leurs moyens ?

"Probablement parce que les pilotes ne sont pas assez précis dans leurs commentaires sur ce qui nécessite d'être amélioré... Mais je ne sais pas comment les choses fonctionnent aujourd'hui chez Honda."



Peut-être parce qu'il n'y a pas un personnage assez charismatique qui peut prendre en main le développement ?

"Ce n'est pas une question de charisme : ça dépend si on te donne les indications correctes ou non. la Honda est très rapide, mais elle a des problèmes de réglages. Et les deux pilotes, qui ne sont pas stupides, ont, malgré tout, parfois des problèmes. Ils n'arrivent pas à piloter comment ils le voudraient. L'an dernier, Dovizioso a fait au moins quatre ou cinq courses où il n'arrivait pas à s'en sortir."



Donc, la faute revient aux pilotes ?

"Je ne sais pas si, chez Honda, les choses fonctionnent comme chez Yamaha, où il y a une relation si proche avec l'usine qu'on arrive à décider que faire en cas de problème..."



Quand tu étais chez Honda, comment ça fonctionnait ?

"C'était eux qui décidaient, contrairement à Yamaha, où chacun émet des idées."



Avaient-ils moins besoin de conseils ?

"Il semblerait, parce que le V5 faisait peur ! Ils avaient construit un moteur qui faisait la différence."



Est-il vrai que le moteur était si bon qu'il parvenait a couvrir les problèmes de partie-cycle ?

"Sur ma moto. même le châssis était très bon : je n'ai jamais eu de problèmes de réglages. cette moto était très facile à régler, elle était très intuitive. Le moteur était un missile, c'est clair, mais elle été très agréable à conduire, on tombait très peu, on faisait beaucoup de travers, mais c'était une moto franche. En 2007, ils ont voulu faire une moto super avancée et ils ont eu des soucis."



Au début, tu travaillais beaucoup pour la régler. C'est toujours le cas ?

"La M1 2004 était très difficile, l'actuelle est comptètement différente. Mais, parfois, il nous arrive quand même d'être dans la confusion. L'an dernier. sur certains circuits, on a eu beaucoup de mal."



Pourquoi ?

"Entre la version 2008 et la version 2009, quelque chose a été changé qui, sur le papier, aurait dû apporter de beaux avantages. Mais. en fait. ça a perturbé l'équilibre général, on a donc eu des problèmes sur certains circuits. Souvent, je suis parti en course avec une moto pas bien réglée. Le GP de France a été un désastre, pas seulement parce que je suis tombé, mais. en plus, j'étais lent sur le mouillé comme sur le sec ! Les GP d'Estoril et d'Indianapolis ont également été deux autres week-ends négatifs."



Y a-t-il un point sur lequel tu travailles particulièrement ? Car, pour quelqu'un comme toi, c'est devenu difficile de s'améliorer...

"Oui, c'est difficile... mais il est toujours possible de s'améliorer. Par exemple, à mon avis, j'ai été meilleur en 2008 qu'en 2009, année où j'ai fait des erreurs que je n'aurais pas dû faire."



Éviter les erreurs est déjà une amélioration...

"Eh oui. Mais aussi parce que quelqu'un comme moi n'en est plus à se demander : "Et si, maintenant, j'apprenais à freiner plus lard ?" C'est pour ça que ce n'est pas facile. Pourtant, tu dois toujours essayer de donner le meilleur pour améliorer ta moto, en donnant les bonnes indications pour la développer. C'est un point très important."



Peut-être que c'est ce genre de points qui fait la différence...

"Nous, chez Yamaha, on travaille comme ça : à mi-saison, on se réunit pour réfléchir à la prochaine moto, les ingénieurs me demandent : "Que veux-tu pour l'an prochain ? Il y a quoi à améliorer ?" Et ce moment est très important, parce que tu dois comprendre et expliquer quel est réellement Il point faible de ta moto pour pouvoir donner les indications correctes. Sinon, au Japon. ils travaillent six mois pour rien. Et c'est la raison pour laquelle, parfois, il y a des pilotes qui essaient une nouvelle moto et découvrent qu'elle est pire que la précédente !"



Donc, il y a des pilotes qui n'ont pas la bonne moto parce qu'ils se sont trompés dans leurs conseils aux ingénieurs ?

"Je ne veux pas parler des autres parce qu'en fait, je ne sais pas comment ils travaillent."



Quand mème, le message est clair... Mais parlons de toi.

"Moi, j'ai toujours été assez à l'aise dans cet exercice, j'ai une bonne sensibilité et j'arrive à expliquer les choses qui se passent sur la moto et ce qui serait nécessaire que la moto fasse."



Donc ça, c'est un des secrets de ton succès ?

"Absolument, oui. D'ailleurs. les motos que j'ai contribué à dévetopper tout le nonde est arrivé à les piloter."



A propos, tu n'es pas fier de voir que Honda s'inspire maintenant de Yamaha ?

"Oui, c'est beau de voir comment l'équilibre entre Honda et Yamaha a totalement basculé en cinq ou six ans... Depuis la saison 2007, Yamaha a toujours très bien travaillé."



Car le modèle 2006...

"Le modèle 2006 était un désastre, un super désastre !"



Eh oui, tu répètes tout le temps que pour toi, la M1 2006 n'a jamais existé !

"Mais on avait aussi un problème de pneus, ça nous a coupé les jambes. Parce que, dès qu'on a résolu le problème de dribble, la moto n'était pas si lente."



Maintenant, il y a beaucoup de pression sur toi pour que tu changes de marque en 2011, mais, au final, qu'est-ce qui te motiverait à faire ça ?

"C'est une bonne question. que je me pose souvent. Si tu changes de marque, tu dois essayer d'aller à un endroit où tu serais mieux. Mais, pour moi, c'est difficile de penser qu'il existe un endroit où je puisse être mieux que chez Yamaha. Ca serait bien de changer car, évidement, Ducati est une marque italienne et les fans seraient contents. Mais. au final, tu ne prends pas ce type de décision uniquement pour un facteur émotif. Tu dois aussi penser que tu devras travailler. Donc..."



Donc ?

Donc, on verra...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cid-fe2faec544be2a68.skydrive.live.com/home.aspx
eve
moderateur
moderateur


Féminin
Nombre de messages : 1593
Age : 48
Localisation : 02 picardie
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: Re: En tête à tête avec Valè !!!!!!!!!!!!!!!!!   Dim 2 Mai - 11:14

merci !!!!

_________________
c'est qui le meilleur ????

[url][img]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
En tête à tête avec Valè !!!!!!!!!!!!!!!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» problème d'allumage des phares avec kit xénon
» Tous avec Benoit Thibal!
» Combien de km avec un plein ? (dCI 85)
» pare pierre ufo valkyrie (avec dorsale)
» Cable avec prise usb femelle et jack male

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAN DE VALENTINO ROSSI :: DISCUTIONS :: NEWS DE ROSSI EN CHAMPIONNAT-
Sauter vers: